Voyage sur l’Economie Circulaire à impact positif à Amsterdam

Episode 1 – Le réveil de la Force 😉

Le mieux, pour savoir ce qui marche, c’est d’aller voir ceux qui le font déjà marcher avec brio. Courant novembre, nous étions donc aux Pays-Bas pour que l’on nous montre, nous explique, nous décortique comment l’économie circulaire peut s’intégrer à toutes nos activités et créer un impact positif fort, efficace, motivant, engageant. Dans nos entreprises de production et de services, dans nos mairies et services au public, dans nos écoles, même, et encore ailleurs.
desso-conference-privee-1Accompagnée des caméras de plusieurs productions (dont France 3), notre importante délégation comptait une quarantaine d’élus, ingénieurs, architectes et autres professionnels très engagés pour faire avancer les choses dans leurs domaines. Et aucun ne s’en est complètement remis depuis 😃 ! Et pourtant… Aguerris et le regard aiguisé, il ne s’agissait pas de nous réchauffer des discours sur le management responsable, ni de passer de la peinture verte sur des activités classiques en guise de “greenwashing” (vous savez, quand une industrie polluante ou une organisation financière irresponsable paye d’énormes campagnes marketing pour nous dire qu’elles sont en train de sauver le monde). Il nous fallait du solide, du concret, du démontrable, des actes avec une vraie vision globale ; du systémique, en somme. Et nous en avons eu !

Une moquette accueillante…

desso-salon-1Le premier jour était à peine levé que nous étions déjà reçus chez Desso (entreprise du groupe Tarkett) qui fabrique des moquettes… Y compris des moquettes célèbres, puisque c’est sur l’une d’elles que tous les Chefs d’Etats ont posé pour la photo lors de la COP 21. La pelouse naturelle/synthétique du Stade de France, ce sont eux aussi…
Cette entreprise, comme d’autres que nous allons visiter ensuite (et bombarder de questions), est tout bonnement en train de mettre fin à la fois à la dépendance aux ressources naturelles et à l’envolée des coursà la pollution ambiante causée par les composés volatils incontrôlés chaque jour d’usage des produits que nous utilisons puis à la pollution finale des déchets lorsque ces produits arrivent en fin de vie, et enfin, à l’obsolescence programmée !

Une logique vertueuse

desso-conference-privee-2-realisationsNous avons donc vu, compris, touché, suivi la fabrication dans l’usine, de produits dont la fabrication, l’usage et la distribution non seulement n’ont pas d’empreinte négative (histoire de “faire moins mal”, comme le vise la plupart du temps de développement durable), mais ont une empreinte positive puisqu’ils améliorent les choses (qualité de vie, économie, environnement, …) à chaque étape. Ces moquettes contribuent à un monde plus attirant et respectueux, et le font très concrètement, de façons mesurables. C’est cela, le fameux « Cradle-to-Cradle” (littéralement “du berceau au berceau”, chaque ressource n’étant jamais perdue mais ré-utilisée potentiellement indéfiniment) ; et ces produits Desso ont reçu ce désormais prestigieux label, entraînant même, de fait, des partenaires et fournisseurs dans leur sillage (ce phénomène d’entraînement, de répercussions positives sur toute la chaîne de valeur, est un effet systémique discret mais important de la démarche Cradle-to-Cradle).
desso-conference-privee-3-economieEt pourtant, c’est bien une industrie qui fait tout cela (alors que nous avons souvent en tête le lien, l’équivalence, “industrie = pollution”). Et nous y reviendrons : parce que tous ces professionnels rencontrés aux Pays-Bas nous ont “schotchés” par leur pragmatisme constructif. Ils ont résolu, à l’échelle de leurs activités et au-delà (à l’échelle de la contribution apportée par leurs activité à leur environnement économique, humain et naturel), l’équation reliant business et écologie. Sans presque prononcer le mot écologie, ils nous montrent qu’ils sont plus efficaces en la matière que beaucoup de nos projets franco-français (parce que si l’on sépare artificiellement des domaines – qui interagissent pourtant de fait de façon systémique – le business ne peut plus profiter de l’intelligence de l’écologie pour concevoir de façon responsable et respecter (une fonction systémique indispensable), et l’écologie ne peut plus profiter des moteurs du business pour avancer et donner une dimension large et massivement attractive nécessaire aux actions – une autre fonction systémique indispensable, complémentaire à la première).

desso-conference-privee-4-moquetteA rebrousse-poil de nos idées habituelles, imaginez une moquette qui non seulement ne pollue pas l’air mais l’assainit (il y a même moins de poussière là où on l’utilise que partout ailleurs !), dont tous les ingrédients peuvent être récupérés et reprennent de la valeur après usage de la moquette, et tellement de valeur, justement, que l’entreprise s’engage à vous reprendre cette moquette dans quelques années, et même à vous la louer plutôt qu’à vous la vendre… Parce qu’elle a tout intérêt à récupérer la grande valeur des ingrédients (tous les ingrédients) qu’elle a mis dedans (elle vous répercutera même cette économie de matière sur le prix du service, ce qui fait qu’elle reste compétitive !). Tous ces ingrédients ont d’ailleurs un “passeport” et, contrairement à la quasi-totalité des moquettes des autres entreprises dans le monde (pour l’instant…) aucun ingrédient n’est subi, ignoré ou caché : tous sont minutieusement choisis, et même choyés.

desso-entree-usineEt à nouveau, répétons-le, la plupart des membres de notre délégation n’étaient pas là pour se faire conter « des histoires de bisounours” : nous étions aussi à l’affût des détails et des failles dans les raisonnements et les process car, dit-on, “le diable se cache dans les détails”. Et ce d’autant plus que notre culture française nous a plus préparés à la critique (constructive ou pas) qu’au pragmatisme, même constructif. Desso, comme les organismes à nous avoir ouvert leurs portes ensuite, ont passé ces tests impitoyables que nos neurones acérés leurs réservaient, et ce n’est pas peu dire 😃.
L'un de nos guides dans l'usine Desso - Jeune retraité fier de revenir présenter la richesse de cette unité de production intelligente

L’un de nos guides dans l’usine Desso – Jeune retraité fier de revenir présenter la richesse de cette unité de production intelligente

En attendant que toutes les moquettes du marché soient aussi vertueuses, Desso récupère aussi celles vendue par leurs concurrents lorsqu’elles arrivent en fin de vie. Les colles et les composés chimiques non choisi, non tracés, non contrôlés ne permettent pas de tout “up-cycler” (c’est-à-dire de redonner une valeur aux produits égale à celle d’origine ou meilleure encore), mais de les recycler toutefois dans des produits (parallèles aux moquettes vertueuses, distincts) où l’on gagnera autant que possible sur le plan de la santé, des ressources naturelles, de la durabilité.

>>> La suite de l’histoire et de notre voyage ? C’est dans notre prochain article, dans les jours suivants. Abonnez-vous !
venlo-fleuve-1

Vos commentaires via Facebook

Leave A Response

* Denotes Required Field

CommentLuv badge