Annoncée dans Le Télégramme et Ouest-France, et souhaitée par le directeur de l’EHPAD, Laurent Wolfelsperger, la conférence porte sur un thème qui touche de près les personnes : professionnels, familles, résidents des établissements accueillant des personnes âgées en perte d’autonomie : la culpabilité.

Cette culpabilité ne débarque pas un beau jour, comme ça ; elle se crée au fil de l’eau, sur la base du vécu multiple (passé), des projections dans l’avenir, des situations du présent. c’est un phénomène qui touche, et un phénomène complexe. Donc l’approche systémique est probablement la plus appropriée pour s’aventurer utilement, à la fois pragmatiquement et très humainement, dans le paysage de questions qu’elle ouvre.

Evidemment, le but est de dépasser cette culpabilité, juste après avoir reconnu ce sur quoi elle porte, dans le vécu concret et quotidien des personnes qui la ressentent. Un peu comme si elle était une porte d’entrée vers autre chose ; le signal d’une transition possible, d’une mise à jour saine, de re-décisions.

Comprendre avec la Systémique

Et pour cela, nous pouvons très bien regarder de quoi elle est faite, comment nous construisons ce vécu, comment il opère ensuite dans notre quotidien, nos relations. Et chacun de ces nouveaux angles de vision, après avoir permis de reconnaître le phénomène, permet alors de commencer à le dépasser, à prendre du recul et de la hauteur, et à retrouver des clés pratiques pour vivre différemment, plus sereinement, cette période si riche de la vie.

Des situations touchantes

Même les situations comme celles où une personne semble ne plus savoir raisonner ou percevoir « la réalité » comme avant, et donc ne communique plus comme ce à quoi nous étions habitués, même cela ouvre la porte vers un recentrage : qu’y a-t-il de plus « premier », de plus profond, de plus présent, dans la communication, dans la relation ici-et-maintenant ? De plus direct que ce brouhaha très convenu que nous appelions « communiquer » lorsque, plus jeunes, nous naviguions dans des entreprises, des interaction sociales et ailleurs ? Ce « quelque chose » permet encore un lien immédiat et fort, de partager la douceur, le plaisir apaisé d’une relation directe ; une relation directe où les anciens masques mutuels n’ont plus cours, pas plus que n’ont cours les vieilles histoires que nous nous racontions (et que nous prenions pour la « réalité ») sur qui nous sommes et sur ce qui est important, et pas plus non plus que les mots superficiels qui avaient masqué, pendant tant de temps de notre vie, le désir d’une communication plus profonde.

Lui prendre la main, plonger mon regard dans le sien, et une foule d’autres attentions possibles, passant par le corps, directes, et la communication la plus humaine est là, concentrée dans cet instant et dans ce lien. Et, dans de tels instants, la culpabilité s’évapore, parce que reste cette relation intime et première, allégée du superflu et des histoires ; il y a juste la place, exactement la place pour la relation belle et directe avec ce parent, ce conjoint parfois.

Des perspectives

Et de multiples autres portes s’ouvrent dans cette période, lorsque l’on comprend où sont les besoins (anciens et actuels), comment s’alléger, et que le contexte est propice à repenser les choses, les positionnements et rôles mutuels, les responsabilités de chacun quant à ses choix, son vécu, ses besoins, ceux de l’autre. Et de multiples actions sont possibles, lorsque l’on recadre la place de l’émotion dans tous cela, que l’empathie devient une source d’inspiration pour faciliter le quotidien et embellir ce passage de la vie.

Et justement, l’équipe de l’EHPAD de Pléneuf-Val-André (près du Cap Fréhel, dans les Côtes d’Armor, en Bretagne) a de l’innovation, des attentions concrètes, de l’énergie intelligente et des sourires à investir dans ce sens. En organisant cette conférence-débat, ces professinnels font aussi un cadeau aux familles des résidents, qui en ont souvent bien besoin. Et parce que cette conférence systémique éclaire les questions utiles, rassemble les expériences vécues et touche là où les ressources de chacun n’attendent que cela, cette équipe ouvre une porte et impulse un mouvement qui inspire déjà des projets jusque dans d’autres établissements.

RealiPlus partagera prochainement le document et les pistes tracées lors de cette conférence, en vidéo. A bientôt.

Partagez

Cette page vous plaît ? Partagez-la maintenant !